b1
   ENGLISH
 Contacts  
 Accès
 

> Accueil > La recherche > Actualités scientifiques de Saclay > Apprendre à lire améliore les performances de la vision

Apprendre à lire améliore les performances de la vision

12/12/2014

Dans le cadre d'une grande étude sur l'impact de l'apprentissage de la lecture sur le cerveau débutée à la fin des années 2000, l'équipe de recherche de Stanislas Dehaene à NeuroSpin au CEA-Saclay publie de nouveaux résultats montrant que la lecture améliore l'amplitude, la précision et l'invariance du codage visuel précoce, en sorte qu'un bon lecteur discrimine mieux deux formes visuelles qui se ressemblent qu'un analphabète. En résumé, apprendre à lire améliore aussi le traitement des informations par le cortex visuel.

​Comment l'apprentissage de la lecture modifie-t-il l'organisation du cerveau? Dans un travail antérieur (Dehaene et al., Science, 2010), en comparant l'activité cérébrale d'analphabètes et de personnes qui avaient appris à lire, l'équipe de recherche avait montré que la lecture réorganise le système visuel. Apprendre à lire augmente notamment la réponse du cortex occipital, y compris l'aire visuelle primaire, et spécialise une région occipito-temporale pour la reconnaissance des lettres et des mots écrits.

Cependant, l'IRM fonctionnelle ne donne aucune information sur le déroulement temporel des activations cérébrales. Afin de clarifier quelles étapes de traitement visuel sont modifiées par l'apprentissage, les chercheurs ont utilisé l'enregistrement des potentiels évoqués (électro-encéphalographie) afin d'examiner, milliseconde après milliseconde, comment le traitement visuel diffère chez les analphabètes et les lecteurs. Les nouveaux résultats obtenus montrent qu'en moins d'un cinquième de seconde, les réponses visuelles sont grandement augmentées chez les personnes qui ont appris à lire. La lecture améliore l'amplitude, mais aussi la précision et l'invariance du codage visuel précoce, en sorte qu'un bon lecteur discrimine mieux deux formes visuelles qui se ressemblent. En particulier, le cortex visuel d'un bon lecteur discrimine deux images en miroir (comme p et q) en moins de 150 millisecondes, alors qu'un analphabète confond souvent de telles images. Cette amélioration importante des performances visuelles s'observe aussi bien pour l'écriture que pour d'autres catégories d'images (visages, objets, lieux, damiers…).