b1
   ENGLISH
 Contacts  
 Accès
 

> Accueil > La recherche > Dossiers thématiques > C215 au CEA-Saclay

C215 au CEA-Saclay

22/01/2015

Le centre CEA-Saclay est une véritable ville qui accueille 8000 personnes par jour. Il est à la fois un lieu de sciences et un lieu de vie, où toutes les cultures ont leur place. Le célèbre street artist pochoiriste Christian Guémy, alias C215, a peint sur les murs des hommes et des femmes de science, mais aussi des personnages de science-fiction.

 
 

Georges Charpak , Jean Perrin, Marie Curie ou encore Yoda ou Princesse Leia, … Durant toute l'année 2014, une trentaine d‘œuvres ont ainsi fait leur apparition sur les façades du centre CEA-Saclay, créant la surprise, suscitant les interrogations, les commentaires, le dialogue.

En liant l’art et la science, C215 a su créer une passerelle entre deux processus de création, deux cultures et deux publics. Deux cultures : l’une cherche la raison, l’autre l'émotion; l’une craint l’erreur, l’autre n’a de cesse de prendre des risques. Des cultures que tout semble opposer, qui n'ont pourtant elles de cesse d’atteindre le même idéal de savoir et beauté.

A travers ce premier projet Art et Science du CEA-Saclay, vous pourrez constater combien ces deux processus créatifs se nourrissent l’un de l’autre en offrant de la poésie à la science. Pour que l’art rende accessible ces savants qui nous semblaient inatteignables.

Plus d’une trentaine d’œuvres surgissent au détour des murs extérieurs et intérieurs des bâtiments du CEA-Saclay, sur les portes, dans les couloirs, ou bien se cachent en des lieux oubliés. Cette visite guidée vous propose d’en découvrir une vingtaine.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Christian Guémy, alias C215, apporte une dernière touche à un portait d'Erwin Schrödinger
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jacques Monod : Ce biologiste et biochimiste a fait l'essentiel de sa carrière au sein de l'Institut Pasteur de Paris.Iil reçoit le Prix Nobel de médecine en 1965 avec François Jacob et André Lwoff pour ses travaux en génétique.
 
 
Les pieds de ce petit oiseau sont-il prisonniers du sabot de glace qui entoure le tuyau d’échappement de la bonbonne d’azote liquide ?
 
 
Auguste Perret : Cet architecte, adepte du béton nu, a conçu l’architecture du centre CEA-Saclay, qui fut son dernier grand projet. Le bâtiment derrière son portrait est l’un des plus anciens du centre. Ses multiples ailes abritaient des labos de disciplines différentes afin que les scientifiques puissent se rencontrer.
 
 
Le général de Gaulle : Sans sa volonté d’indépendance pour la France et son ordonnance de 1945, le CEA n’existerait pas.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Albert Einstein : Est-il besoin de présenter ce violoniste amateur et physicien théoricien qui publia la théorie de la relativité restreinte en 1905, la théorie de la gravitation dite relativité générale en 1915, et contribua largement au développement de la mécanique quantique ou de la cosmologie. Il reçu le prix Nobel de physique de 1921 pour son explication de l’effet photoélectrique. Son équation E=mc2, qui établit une équivalence entre la matière et l’énergie d’un système est sans doute la plus célèbre au monde.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean Perrin : Physicien, chimiste et homme politique français, né le 30 septembre 1870, il a reçu le prix Nobel de physique de 1926 pour ses travaux sur la discontinuité de la matière. Il postula dès 1919 que les réactions nucléaires pouvaient être la source d'énergie des étoiles. Il a créé le Palais de la découverte en 1937 à l'occasion de l'exposition universelle. Son fils fut le 2e haut-commissaire du CEA.
 
 
 
 
 
 
 
 
R2D2 :. Il a sauvé le vaisseau de la reine Padmé, à moins qu’il ne s’agisse d’une bonbonne d’azote liquide.
 
 
 
 
 
 
 
Luke Skywalker : le personnage principal de la célèbre trilogie cinématographique de science-fiction Star Wars.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ewok : Ce n’est pas un nounours gentil mais un terrible guerrier ! Selon le réalisateur Georges Lucas, les Ewoks vivent sur la lune forestière de la maxète Endor.
 
 
Princesse Leia : Sœur jumelle de Luke Skywalker, fille d’Anakin Skywalker et de Padmé Amidala, héroïne de Star Wars.
 
 
Maitre Yoda :. En hébreu et en grec ancien, son nom signifie « celui qui sait ». Pour donner plus de force et de sagesse à son personnage, George Lucas, réalisateur de la saga Star Wars, lui a dessiné les yeux d’Albert Einstein.
 
 
Frédéric Joliot-Curie : Il obtient le prix Nobel de chimie avec son épouse, Irène Joliot-Curie en 1935 pour la découverte de la radioactivité artificielle. Après la guerre, il dirige le CNRS puis participe à la fondation du CEA et en devient le premier haut-commissaire. En 1948, il supervise la construction du premier réacteur nucléaire français à Fontenay-aux-Roses, la pile Zoé ; puis il pilote les travaux de Saclay et y travaille. Membre du parti communiste, il lance en 1950 l'Appel de Stockholm pour l'interdiction de la bombe atomique. Il démissionne du CEA en même temps qu’il est relevé de ses fonctions.
 
 
En hommage aux milliers d’Oryctolagus cuniculus, ou Lapins de garenne, qui investissent les pelouses du centre quand les hommes s’en sont allés.
 
 
Evangelista Torricelli : Ce physicien et mathématicien italien du 17eme siècle est à l'origine d'un principe d'hydrodynamique des fluides parfaits exprimant la conservation de l'énergie. Il inventa le baromètre à mercure et mis en évidence le vide et la pression atmosphérique. Il a donné son nom à un principe et à un cratère lunaire.
 
 
Georges Charpak : Malgré sa croix de guerre française, ce physicien polonais ne fut naturalisé français que grâce à son statut de "mineur polonais". Il a reçu le prix Nobel en 1992 pour son apport dans le domaine des détecteur de particules, en particulier les « chambres à fils » qui sont encore utilisées au Cern à Genève. Georges Charpak est représenté sur un bâtiment de l’l'Institut de recherche sur les lois fondamentales de l'Univers où il est venu travailler.
 
 
Henri Becquerel : Prix Nobel de physique en 1903, français. Il a découvert la radioactivité avec Pierre et Marie Curie. Son nom est devenu l’unité physique de la radioactivité.
 
 
 
 
 
 
 
 
Werner Heisenberg : Sur la porte qui donne accès à un laboratoire de recherche sur les lasers, voici le portrait de ce physicien allemand, lauréat du prix Nobel en 1932 pour la création de la mécanique quantique. Il est aussi connu pour son principe d’incertitude et pour avoir proposé le premier modèle proton-neutron du noyau atomique, après la découverte du neutron en 1932. Ces découvertes ont permis la mise au point de la lumière laser. Très peu de représentation de cet homme souvent exclu de l’histoire scientifique pour avoir vécu avant-guerre en Allemagne sans s’être opposé au régime nazi.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Albert Fert : Ce physicien français né en 1938 est spécialiste de physique de la matière condensée, est professeur émérite à l'Université Paris-Sud, à côté du centre de Saclay. Il fut lauréat avec Peter Grünberg du prix Nobel de physique en 2007 « pour la découverte de la magnétorésistance géante ». La magnétorésistance géante a révolutionné la technologie de lecture des disques durs et leur a permis d'attendre les capacités énormes de stockage que nous connaissons aujourd'hui.
 
 
Erwin Schrödinger et son chat : Né en 1887 à Vienne, mort en 1961, Erwin Schrödinger a permis le développement du formalisme théorique de la mécanique quantique. Il est connu pour avoir imaginé une expérience avec un chat pour imager le principe de la mécanique quantique : le chat est enfermé dans une boîte avec un dispositif qui tue l'animal dès qu'il détecte une désintégration radioactive. Tant que la boîte n’est pas ouverte, le chat n’est ni mort ni vivant. Il serait simultanément dans deux états (l'état mort et l'état vivant), jusqu'à ce que l'ouverture de la boîte (l'observation) déclenche le choix entre les deux états. Si l'on est généralement prêt à accepter ce genre de situation pour une particule, l'esprit refuse d'accepter facilement une situation qui semble aussi peu naturelle quand il s'agit d'un sujet plus familier comme un chat.
 
 
Jules Verne : Cet écrivain français majeur, né en 1828 et mort en 1905, est surtout l’auteur de romans d'aventures et de science-fiction. Souvent décrit comme un visionnaire, il a nourrit l’imaginaire, la soif de progrès et le gout pour la science de nombreuses génération. Il vient au deuxième rang des auteurs les plus traduits en langue étrangère après Agatha Christie. Il est ainsi en 2011 l'auteur de langue française le plus traduit dans le monde.
 
 
Lise Meitner : née juive en 1878, elle fut d'abord une physicienne autrichienne avant de fuir le régime nazi vers la suède dont elle obtint plus tard la nationalité. Elle est souvent citée comme l'un des cas les plus flagrants de scientifiques injustement ignorés par le comité attribuant le prix Nobel. Elle est renommée pour ses travaux sur la radioactivité et la physique nucléaire. Elle joua notamment un rôle majeur dans la découverte de la fission nucléaire, dont elle fournit avec son neveu Otto Frisch la première explication théorique.
 
 
Max Planck : Ce physicien allemand mort en 1947 est l’un des pères fondateurs de la physique quantique. Sa théorie des quanta qui postule que l’énergie ne peut être émise ou absorbé que par petits paquets, lui valu le prix nobel en 1918. Une des constantes les plus fondamentales de la physique porte son nom. Pianiste et compositeur, il joua parfois avec Albert Einstein.
 
 
Marie Curie, né Skłodowska à Varsovie et Pierre Curie, son époux, et reçoivent une moitié du prix Nobel de physique de 1903 (l'autre moitié est remise à Henri Becquerel) pour leurs recherches sur les radiations. En 1911, Marie Curie obtient le prix Nobel de chimie pour ses travaux sur le polonium et le radium. Elle est la seule femme à avoir reçu deux prix Nobel et la seule parmi tous les lauréats à avoir été récompensée dans deux domaines scientifiques distincts.
 
 
Jacques-Yves Cousteau : Il n’est pas vraiment étonnant de retrouver le portrait du commandant Cousteau dans les bâtiments du Laboratoire des sciences du Climat et de l’environnement. Cet explorateur océanographe qui disparu en 1997, a été l’un des français les plus connu au monde grâce aux films et émissions télévisées qu’il produisait. Écologiste avant l’heure, il a inspiré la vocation de nombreux océanographes français.
 
 
Peter Higgs : Ce physicien théoricien britannique né en 1929, a proposé, dans les années 1960, l’existence d’une particule qui permet d’expliquer ainsi pourquoi certaines particules ont une masse tandis que d'autres n'en ont pas. Il a fallu près de quarante ans pour que l’existence cette particule, nommée « boson de Higgs », soit prouvée expérimentalement par les expériences du LHC au Cern en 2012.
 
 
Wolfgang Pauli : Auteur d’un article scientifique sur la relativité dès ses 21 ans, il découvre le spin du noyau atomique à 24 ans et l’existence du neutrino à 30 ans. Le principe d'exclusion pour la mécanique quantique qui porte son nom lui valut le prix Nobel de physique en 1945. Autrichien, puis Américain et enfin Suisse, il participa à la fin de sa vie à la fondation du Cern à Genève.
 
 
Anatole Abragam : Ce physicien français d'origine russe, né en 1914 et mort en 2011, joua un grand rôle pour la renommée du CEA. Mondialement connu pour ses travaux de pionnier en résonance magnétique nucléaire, il fut directeur de la physique du CEA. Juste retour des choses, sur le site de L'Orme-des-Merisiers du CEA-Saclay qu'il avait fait construire, le bâtiment abritant les laboratoires de pointe en magnétisme et en physique théorique porte désormais son nom.
 
 
Jean Cocteau : Ce touche à tout de génie, poète, graphiste, dessinateur, dramaturge et cinéaste, s’intéressait à tous les sujets de son époque. En 1960, il écrivit et dit les commentaires du film sur le CEA « A l'aube d'un monde : la science confie à un poète l'honneur d'être votre guide ». Sa voix si caractéristique nous interpelle : « Toujours plus loin vers cette zone d'exactitude où savants et poètes se rejoignent, parce que les chiffres y retrouvent la noblesse des nombres... ».
 
 
Galilée : Il a été le premier à comprendre que, durant sa chute, la vitesse d’un corps ne dépend pas de sa masse. En 1633, le tribunal de l'Inquisition le força d’abjurer la doctrine selon laquelle c’était la Terre qui tournait autour du soleil et non pas le contraire. Même s’il n’a sans doute jamais dit à cette occasion le fameux : « Et pourtant, elle tourne » qu’on lui prête, Galilée est considéré comme le fondateur de la physique moderne basée sur l’expérience et la formulation mathématique.
 
 
Rosalind Franklin : Est-ce le fantôme de cette scientifique, britannique, morte en 1958 ? Docteur en physique chimie, elle est devenue le symbole du génie méconnu parce que féminin. Dès 1951, elle parvint à réaliser des radiographies de l’ADN aux rayons X qui seront déterminantes pour la compréhension de la structure en double hélice de cette molécule. Ses radiographies ont été utilisées à son insu par James Watson et Francis Crick qui reçurent le prix Nobel de médecine pour cette découverte en 1962 sans rendre hommage à son travail.
 
 
Qu’est ce qui s’envole, qu’aucune ombre ne peut retenir ?
 
 
 
 
Crédit photos : Laurence Godart, François Rhodes,Didier Touzeau, Jean-Luc Sida, Élisabeth de Lavergne.