b1
   ENGLISH
 Contacts  
 Accès
 

> Accueil > La recherche > Actualités scientifiques de Saclay > Ce qui relie le CEA-Saclay à la grotte Chauvet-Pont d’Arc

Ce qui relie le CEA-Saclay à la grotte Chauvet-Pont d’Arc

17/07/2014

Les datations 14C réalisées par le Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement et le Laboratoire de mesure du carbone 14 (LMC14) , tous deux au CEA-Saclay, ont constitué un élément clé dans la décision de l’Unesco de classer la grotte Chauvet-Pont d’Arc sur la liste des biens culturels du patrimoine mondial. Les datations directes des représentations de Chauvet-Pont d’Arc sont les plus anciennes jamais obtenues sur des dessins paléolithiques.

La datation de ces échantillons montre que la grotte a été occupée au cours de deux périodes. À la première, située entre 35 000 et -32 000 ans (culture aurignacienne), se rattachent toutes les œuvres pariétales étudiées (rhinocéros, bisons, mégacéros, etc.) et la plupart des vestiges trouvés au sol. Après quelques millénaires d’abandon, la grotte a de nouveau été visitée par l’homme entre -29 000 et -27 000 ans (culture gravetienne), qui y a laissé des marques charbonneuses sur les parois, parfois à proximité des dessins aurignaciens.

lles ont remis en cause les idées selon lesquelles l’art préhistorique avait évolué d’une forme primitive vers son épanouissement à l’époque de Lascaux il y a 17 000 ans. Elles démontrent que les premiers hommes modernes du Paléolithique supérieur qui ont peuplé la France maîtrisaient parfaitement les techniques picturales.

L’importance de la datation des vestiges de la grotte Chauvet-Pont d’Arc a incité le Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement à lancer deux programmes internationaux d’inter-comparaison en 2007 et 2013 auxquels a participé une douzaine de laboratoires de datation 14C à travers le monde.

 
 

Pour en savoir plus :

L’information sur le site de la Direction des sciences de la matière.