b1
   ENGLISH
 Contacts  
 Accès
 

> Accueil > La recherche > Actualités scientifiques de Saclay > De nouveaux outils pour la santé et l’environnement

De nouveaux outils pour la santé et l’environnement

15/02/2011

Étape ultime après l’analyse des gènes et des protéines, l’étude à grande échelle de petites molécules organiques, les métabolites, apporte une information précieuse sur la nature d’un échantillon biologique. C’est le service que propose à ses clients, Profilomic, toute jeune start-up soutenue par le fonds CEA Investissement.

A l'ère de la postgénomique, un nouveau moyen d'investigation, la métabolomique, retient depuis une petite dizaine d’années, l'intérêt des spécialistes des biotechnologies. Cette discipline récente permet d’analyser l’ensemble des molécules biochimiques présentes dans un échantillon donné. Une technologie de pointe Le Service de pharmacologie et d’immunologie (SPI) de l’Institut de biologie et de technologies de Saclay (iBiTec-S) a été l’un des pionniers de ce domaine, en particulier grâce à sa maîtrise des technologies de spectrométrie de masse à ultra-haute résolution couplée à des analyses statistiques sophistiquées.

S’appuyant sur cette expertise, Bruno Corman, chercheur au CEA, a créé avec Geoffrey Madalinski la start-up Profilomic, le 2 juillet 2010, dans le cadre de l’essaimage du CEA et du programme transverse « Technologies pour la santé » du CEA. Les débouchés commerciaux sont nombreux dans ce domaine. « Grâce à nos technologies de pointe, nous obtenons des signatures de phénomènes biologiques, ce qui est très intéressant pour tester l’efficacité d’un médicament, identifier les phases précoces de pathologies comme les cancers ou la maladie d’Alzheimer, rechercher des biomarqueurs de suivi thérapeutique, etc. Cela intéresse les laboratoires pharmaceutiques et les entreprises de biotechnologies » , détaille Bruno Corman.

Outre cette activité biomédicale, Profilomic propose également des prestations dans le domaine de l’environnement, un marché en plein boom. « La problématique des polluants émergents et notamment des dérivés de médicaments qui se retrouvent dans l’environnement, l’eau ou l’alimentation se développe très fortement »

La métabolomique est l’une des méthodes les plus efficaces pour la détection de molécules indésirables qui peuvent s’avérer toxiques pour l’homme. Les industries agro-alimentaires et les industriels de l’eau sont donc des clients potentiels de Profilomic.

Et des clients, la start-up en a déjà. «Nous avons créé Profilomic sous la forme d’une société anonyme à partir du moment où nous avons signénos premiers contrats » , précise Bruno Corman et chose inhabituelle, ce sont le PDG et ses associés qui ont apporté la mise de fonds initiale. Aujourd’hui, Profilomic est déjà dans une phase opérationnelle. L’équipe, composée de cinq personnes salariées et d’un étudiant stagiaire de master 2, est pour l’instant hébergée dans les locaux CEA du SPI. Bruno Corman se donne deux ou trois ans avant que Profilomic puisse prendre son envol. Et il a de quoi être optimiste. Sa société, la seule à proposer cette prestation en France, n’a qu’une poignée de concurrents dans le monde. Il faut dire que Bruno Corman n’en est pas à son coup d’essai. Il y a dix ans, il créait « Successful Aging Database », une start-up spécialisée dans la gestion du capital santé, aujourd’hui florissante.

Article écrit par Gaëlle Degrez issu du Journal de Saclay n°50