b1
   ENGLISH
 Contacts  
 Accès
 

> Accueil > La recherche > Actualités scientifiques de Saclay > Des yeux pour le futur télescope spatial

Des yeux pour le futur télescope spatial

14/05/2012

L’instrument Miri qui équipera le télescope spatial James Webb , le successeur de Hubble dont le lancement est prévu fin 2018, vient de partir pour la NASA. Miri observera l’Univers dans le domaine de l’infrarouge moyen, de 5 à 27 micromètres de longueur d’onde. Il permettra d’explorer la sortie de « l’âge sombre » de l’Univers il y a plus de 13 milliards d’années comme la formation des systèmes planétaires.

Sous la responsabilité générale du CNES, maître d’ouvrage, le Service d'Astrophysique du CEA-Irfu à Saclay a assuré la maîtrise d’œuvre d’un sous-ensemble clef de Miri : l’imageur Mirim. Ce dernier a été livré il y a deux ans au laboratoire Rutherford à Appleton en Angleterre.

L'imageur Mirim dans la salle blanche du Service d'Astrophysique-Laboratoire AIM du CEA-Irfu lors des test d'alignements optiques. Crédits CEA-SAp

La livraison à la NASA de MIRI (Mid InfraRed Instrument ou Instrument pour l'InfraRouge Moyen) est l’aboutissement d’une longue période de tests validant le bon fonctionnement de l’instrument et de ses sous-ensembles. MIRI a été conçu et réalisé par un consortium de dix pays européens en collaboration avec les USA. La France à travers le CNES, le CEA, le CNRS, l’Observatoire de Paris, les universités Paris Diderot, UPMC, Paris-Sud et Aix-Marseille, a eu une contribution déterminante à la réalisation de MIRI en fournissant un élément clef : l’imageur MIRIM.

Le JWST, projet commun aux agences spatiales américaine (NASA), canadienne (CSA) et européenne (ESA), est un satellite de plus de six tonnes équipé d’un télescope de 6,5 mètres de diamètre, le plus grand jamais construit. Avec un lancement prévu fin 2018, le JWST sera le plus grand télescope spatial en opération. Ce dernier permettra une meilleure observation, à la fois des objets très faibles ou très lointains (gain en sensibilité), et de l’environnement proche des objets observés (gain en finesse de détail). Il sera équipé de quatre instruments, dont un spectro-imageur sensible au rayonnement infrarouge moyen (de 5 à 27 micromètres de longueur d’onde) : MIRI, construit par un consortium de laboratoires de 10 pays européens, coordonnés par l’Observatoire d’Edimbourg en Ecosse et les Etats-Unis.

 

Pour en savoir plus :

Le communiqué de presse sur le site du CEA.

L'information complète sur le site du l'Irfu.

La description de Miri surle site de l'Irfu.