b1
   ENGLISH
 Contacts  
 Accès
 

> Accueil > La recherche > Actualités scientifiques de Saclay > Détecter 300 fois mieux le zinc pour la médecine.

Détecter 300 fois mieux le zinc pour la médecine.

22/03/2012

Une méthode permettant de déterminer et localiser 300 fois mieux les faibles concentrations de zinc par imagerie a été mise au point par une équipe à laquelle appartiennent des chercheurs de l'Iramis et de l'iBiTec-S à Saclay. Elle permettra d'améliorer le diagnostic des pathologies associées à ses dérégulations dans le métabolisme (Alzheimer, insuffisance rénale chronique…)

Système moléculaire utilisé pour la visualisation du zinc. La fixation du zinc par la molécule-cage modifie la fréquence de résonance du xénon encapsulé. Cet effet est détectable par IRM.
Les dérégulations dans le métabolisme du zinc sont associées à des pathologies comme Alzheimer ou des insuffisances rénale chronique. Localiser le zinc dans notre corps permettrait de mieux dépister et diagnostiquer ces pathologies. Cependant la sensibilité des méthodes d’imagerie actuelles est insuffisante pour détecter le zinc aux faibles concentrations dans lesquelles il se trouve dans le corps humain.
 

Les scientifiques de l’iBiTec-S et de l'Iramis, tous deux au CEA-Saclay , en partenariat avec le Laboratoire de chimie (CNRS / ENS de Lyon / Université Claude Bernard Lyon 1), ont développé une nouvelle méthode pour visualiser spécifiquement cet oligoélément par imagerie de résonance magnétique (IRM). Cette visualisation est basée sur l’utilisation d'un complexe moléculaire capable de fixer un atome de zinc et comportant une molécule encapsulant un atome de xénon-129 hyperpolarisé. Le signal de résonance magnétique de ce dernier varie significativement lorsqu'un atome de zinc est fixé au complexe, et le rend facilement détectable.

Les scientifiques ont démontré l’efficacité de cette approche in vitro, le défi consiste désormais à l’appliquer in vivo, pour ensuite la transposer aux dispositifs actuels d’imagerie médicale des hôpitaux. Cette approche pourrait même être élargie à la visualisation d’autres oligoéléments, en développant des sondes spécifiques.

Ces résultats sont publiés le 12 mars 2012 sur le site de la revue Angewandte Chemie International Edition.
 

Pour en savoir plus :

Le Communiqué de presse commun CEA-CNRS (12 mars 2012) : Une nouvelle sonde moléculaire pour améliorer la visualisation du zinc par imagerie médicale.

L'article paru dans larevue Angewandte Chemie International Edition.

le fait marquant scientifique sur le site de l'Iramis : Une biosonde intelligente pour la détection du zinc par IRM du xénon-129 hyperpolarisé