b1
   ENGLISH
 Contacts  
 Accès
 

> Accueil > La recherche > Actualités scientifiques de Saclay > Galliléon, le modèle qui modifie la gravité pour expliquer l'énergie noire

Galliléon, le modèle qui modifie la gravité pour expliquer l'énergie noire

05/09/2013

Pour l'équipe de chercheur SNLS (Supernova Legacy Survey) de l'Irfu au CEA-Saclay, l’expansion accélérée de l’Univers pourrait être expliquée par un modèle appelé Galiléon. Ce modèle fait intervenir un champ scalaire, le Galiléon, médiateur d'une cinquième force qui serait négligeable devant la gravitation au voisinage des corps massifs, mais dominante aux échelles cosmologiques.



Une des zones du ciel observées par SNLS, avec la caméra Megacam au téléscope Canada-France-Hawaï, représentant 2% de la couverture totale et comprenant environ 20000 galaxies.

Estimée aujourd’hui aux trois quarts du contenu énergétique de l'Univers, l’énergie noire a été introduite pour rendre compte de l'accélération de l'expansion de l'Univers. Or son interprétation la plus simple, sous la forme d'une constante cosmologique, ne fait pas l’unanimité chez les physiciens.

L'équipe SNLS (Supernova Legacy Survey) de l'Irfu s'est attachée à confronter un nouveau modèle de gravité modifiée aux données cosmologiques les plus récentes. Ce modèle met en scène un nouvel acteur : le Galiléon. Ce « champ scalaire » serait le médiateur d'une nouvelle force jusqu’alors inconnue. Cette force aurait la particularité d’être négligeable devant la gravitation au voisinage de corps massifs mais serait dominante à l’échelle de l’Univers ! Ainsi défini, ce modèle peut s'accorder parfaitement avec tous les tests expérimentaux de la relativité générale dans notre Univers local tout en expliquant l'accélération de l'expansion de l'Univers à grande échelle.

Dans le futur, des mesures très précises du taux de croissance des structures de l’Univers seront déterminantes pour tester la validité de ce modèle de gravité modifiée.

 
 

Pour en savoir plus :

L’information sur le site de l'Irfu

L’information sur le site de la Direction des Sciences de la Matière