b1
   ENGLISH
 Contacts  
 Accès
 

DMN

17/10/2013
Département des matériaux pour le nucléaire

Le département des matériaux pour le nucléaire, DMN, est chargé des études matériaux métalliques et céramiques non fissile.

Travail en zone avant de la ligne M du LECI. Crédit : F.Rhodes/CEA

Les recherches théoriques et expérimentales du DMN se déploient dans le domaine de la science et du génie des matériaux. Il développe les capacités de prédiction de l'évolution de leurs propriétés dans les conditions d'usage qu’ils rencontrent dans les réacteurs, notamment sous irradiation et sous sollicitations thermomécaniques. Ses travaux sont déterminants pour évaluer les performances des matériaux et pour prévoir leur durée de vie en opération, notamment par modélisation. Ils débouchent sur les lois et modèles de comportement des matériaux dans les conditions de service, accidentelles et de longue durée, ainsi que sur les codes et normes indispensables aux concepteurs et exploitants de réacteurs.

S’appuyant sur ses capacité d’élaboration et de transformation, le DMN propose des matériaux nouveaux, capable de mieux répondre aux conditions d'emploi dans les réacteurs de quatrième génération, d'augmenter la durée de fonctionnement des réacteurs actuels du parc ou d’accroître la compétitivité d’éléments tels que les assemblages de combustible nucléaire.

Pour caractériser les matériaux, le DMN étudie en particulier des échantillons irradiés, provenant des programmes de surveillance des réacteurs de puissance ou des réacteurs expérimentaux. Il abrite à cette fin le laboratoire d’études des combustibles irradiés, le LECI, qui dispose de trois lignes d’enceintes blindées.

En complémentant des travaux sur des échantillons irradiés, le DMN développe la simulation expérimentale du comportement des matériaux sous irradiation, grâce notamment à l’accélérateur de particules chargées Jannus (Jumelage d'accélérateurs pour les nanosciences, le nucléaire et la simulation).

L’expertise du DMN est fréquemment sollicitée par les exploitants nucléaires français et étrangers pour des interventions sur pièces industrielles en retour de service, notamment pour étudier les mécanismes de rupture ou de déformation