b1
   ENGLISH
 Contacts  
 Accès
 

> Accueil > La recherche > Actualités scientifiques de Saclay > Le CEA-Saclay à l'ombre des pyramides.

Le CEA-Saclay à l'ombre des pyramides.

20/04/2016

L’Institut de recherche sur les lois fondamentales de l’Univers (Irfu) du CEA-Saclay vient de rejoindre la mission ScanPyramids dont le but est de radiographier les grandes pyramides d’Égypte dans l'espoir de révéler des structures internes inconnues. Durant un an, cette collaboration internationale va mettre en œuvre plusieurs techniques, dont la tomographie muonique pour laquelle l'Irfu va utiliser son détecteur de particules Micromegas.

Depuis plusieurs années les ingénieurs-chercheurs de l'Irfu développe les détecteurs Micromegas qu'ils ont co-inventés avec le Cern et qui servent habituellement à reconstruire les traces des particules doté d'une charge électrique dans de nombreuses expériences en physique des hautes énergies.

Au sein de la mission ScanPyramids, une équipe de l'Irfu va utiliser les détecteurs Micromegas pour détecter les muons, ces particules chargées créés par les rayons cosmiques lorsqu'ils interagissent avec les atomes des hautes couches de notre atmosphère. En effet, Les muons ont la particularité de pouvoir traverser des grandes épaisseurs de matière, comme une montagne ou une pyramide, mais ils peuvent laisser leur trace de leur passage dans les détecteurs Micromegas.

 

Les ingénieurs-chercheurs de l'Irfu ont donc conçu et fabriqué des télescopes muoniques constitué de 4 détecteurs Micromegas et d’une électronique gérant le fonctionnement et la lecture des détecteurs. Le résultat se présente sous la forme d’une boîte compacte (1,5 mètre de long pour environ 200 kg) et autonome en alimentation.​

 

Ces télescopes sont destiné à être utilisé à l'extérieur des pyramides et donnent une images en temps réel. Ils seront complémentaires aux télescopes basés sur des plaques photographiques, déjà déployés sur place par des experts japonais, et qui ont vocation à être utilisés à l’intérieur des pyramides.

 
 

Pour en savoir plus : Suivez le projet sur le site de l'Irfu