b1
   ENGLISH
 Contacts  
 Accès
 

> Accueil > La recherche > Actualités scientifiques de Saclay > Le xénon, une nouvelle évolution de l'imagerie médicale

Le xénon, une nouvelle évolution de l'imagerie médicale

12/09/2013

Des équipes du l'IBiTec-S et du l'Iramis au CEA-Saclay ont développé une technique capable d'améliorer l'imagerie médicale par utilisation de xénon.

Cette technique améliore le transport des atomes de xénon dans le corps grâce à des cages moléculaires solubles qui savent reconnaitre la cible biologique que l’on souhaite observer, par exemple une protéine impliquée dans une pathologie déterminée.



CEA/B. Rousseau

L’imagerie par résonance magnétique (IRM) classique utilise les propriétés magnétiques des protons contenus dans les atomes d’hydrogène de l’organisme, mais cette technique manque de sensibilité pour les études à l’échelle moléculaire.

L’utilisation du signal de résonance magnétique de l'atome de xénon hyperpolarisé semble un bon moyen pour augmenter la sensibilité et donc la précision des images.

Mais le xénon, gaz rare et inoffensif, ne se fixe pas facilement sur les molécules cibles qui peuvent intéresser les chercheurs. L’idée des équipes de l'iBiTec-S et de l'Iramis au CEA-Saclay est de réaliser de petits systèmes permettant au xénon de reconnaître des cibles biologiques.

Les scientifiques utilisent habituellement des cryptophanes, des molécules cages qui présentent une forte affinité avec l'atome de xénon mais qui sont peu solubles dans l'eau. Le travail des chercheurs du CEA-Saclay a donc consisté à rendre ces rendre ces cryptophanes plus soluble pour une bonne diffusion dans l’organisme et à les modifier de telle façon qu'il soit facile d’y accrocher d'autres molécules capables de reconnaitre les cibles biologiques.

Des tests préliminaires ont montré l’efficacité de ce nouveau composé cryptophane, ainsi que son innocuité pour les concentrations utilisées lors des expériences d’imagerie. Il sera testé lors d’expériences d’imagerie in vivo chez le petit animal.

 
 

Pour en savoir plus :

L’information sur le site de l'Ibitec-S

L’information sur le site du CEA