b1
   ENGLISH
 Contacts  
 Accès
 

> Accueil > La recherche > Actualités scientifiques de Saclay > Les renforts en fer des cathédrales ont toujours été là.

Les renforts en fer des cathédrales ont toujours été là.

12/01/2015

Une équipe interdisciplinaire de chercheurs français (en archéologie, histoire, sciences des matériaux, chimie…) réussi, pour la première fois, à dater de manière fiable par le radiocarbone le fer des cathédrales.

En croisant leurs compétences les chercheurs de deux laboratoires CEA/CNRS au CEA-Saclay, le Laboratoire archéomatériaux et prévision de l'altération et le Laboratoire de mesure du Carbone 14, en collaboration avec l’équipe Histoire des pouvoirs, savoirs et sociétés de l’Université Paris-8, viennent d’apporter la preuve que les renforts métalliques ont été pensés dès l’origine comme un complément à la pierre.

​Les chercheurs sont parvenus à ce résultat en mesurant la quantité de carbone 143, présent à l’état de trace dans le métal. En effet, en Europe, jusqu’au Moyen Age, le minerai est réduit en métal dans des fourneaux utilisant du charbon de bois, dont une partie du carbone diffuse et se retrouve piégée dans le métal (sous forme de lamelles de carbures de fer). Il a été nécessaire de mettre au point avec le Laboratoire de mesure du carbone 14 une approche d’extraction du carbone qui soit adaptée au matériau. Le succès de cette étude, est dû à l’expertise des métallographes du Laboratoire archéomatériaux et prévision de l'altération, qui depuis une dizaine d’années, étudient la structure, les procédés de fabrication et l’utilisation des métaux dans les cathédrales gothiques en collaboration avec des archéologues et historiens du CNRS.

En croisant la datation au carbone 14 avec des indices archéologiques, l’équipe de chercheurs a abouti à une chronologie fine (à quelques années près) de l’intégration des éléments métalliques dans les cathédrales de Beauvais et de Bourges. Ainsi, ces travaux montrent, pour la première fois de manière absolue, que des éléments métalliques ont été utilisés en cours de construction, comme à Bourges, ou même pensés dès la conception des édifices, comme à Beauvais.

 
 

Pour en savoir plus :

Cette actualité en détail sur le site du CEA.