b1
   ENGLISH
 Contacts  
 Accès
 

> Accueil > La recherche > Actualités scientifiques de Saclay > Nanoparticules : une méthode pour étudier les faibles doses

Nanoparticules : une méthode pour étudier les faibles doses

27/04/2015

Nous utilisons couramment des produits, comme la crème solaire, contenant des nanoparticules qui se retrouvent ensuite dans l'environnement. Mais découvrir si ces nanoparticules sont accumulées par les organismes vivants dans la nature s'avèrent être un vrai défi scientifique. Deux équipes Iramis et IBiTEc-S au CEA-Saclay sont parvenues à suivre le parcours de nanoparticules de dioxyde de titane à des doses environnementales dans des moules de rivière.

Les nanoparticules de dioxyde de titane (TiO2) se retrouvent couramment dans les produits d'usage quotidien et notamment dans les produits cosmétiques. Elles se disséminent donc inévitablement dans notre environnement. Leur faible diamètre2, inférieur à 100 nm, pose la question de leur toxicité pour les organismes vivants. S'accumulent-elles tout au long de la chaine alimentaire ? Passent-elles les barrières digestive, hémato-encéphalique ? Sont-elles rejetées par l'organisme, accumulées dans certains organes ? Avec quels effets sur la santé ? La difficulté réside dans la modélisation d'effets de doses réalistes, qui sont extrêmement faibles

Les chercheurs ont d'abord créés des nanoparticules de TiO2 qu'on puisse différencier de celui naturellement présent dans l'environnement en utilisant du 47Ti, un isotope stable rare. Puis ils ont reconstitué une rivière en laboratoire dont l'eau contenait des nanoparticules de TiO2 et dans laquelle ont été placés des moules qui ont elles-mêmes été nourries avec des cyanobactéries contenant des nanoparticules de TiO2.

Après 72h, la majorité des nanoparticules a été rejetée via le système digestif. Une infime partie a passé la barrière intestinale, pouvant alors potentiellement s'accumuler dans les tissus. Ce travail constitue une preuve de concept et montre que le marquage isotopique est pertinent pour mesurer la bioaccumulation de faibles doses de nanoparticules dans un organisme.

 
 

Pour en savoir plus :

L'article sur le site du CEA

L'article scientifique