b1
   ENGLISH
 Contacts  
 Accès
 

> Accueil > La recherche > Actualités scientifiques de Saclay > Réchauffement : La biomasse de l'océan profond devrait connaître une forte diminution

Réchauffement : La biomasse de l'océan profond devrait connaître une forte diminution

07/01/2014

Une étude scientifique internationale, à laquelle a participé le Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement au CEA-Saclay , quantifie pour la première fois les futures réductions régionales de biomasse dans l'océan profond à l'aide de modèles du climat de dernière génération.

Les travaux montrent que même les écosystèmes les plus inaccessibles de l'océan profond ne sont pas à l'abri des impacts du changement climatique et que leur biomasse devrait connaître une forte diminution d'ici 2100.

Distribution globale des changements de biomasse de la faune au fond de l'océan. Les changements sont exprimés en pourcentages calculés à partir de la variation des biomasses entre aujourd’hui et 2100, rapportée à la biomasse actuelle.

L'étude menée conjointement par le Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement au CEA-Saclay et le National Oceanography Centre (Southampton, UK), vient de montrer que la biomasse des organismes peuplant les grands fonds océaniques déclinera au cours de ce siècle de près de 38% dans l'Atlantique Nord et d'environ 5% à l'échelle de l'océan global.

Cette diminution s'explique par une réduction des apports de nourriture depuis la surface de l'océan. Ces réductions de biomasse touchent notamment des régions de forte biodiversité comme certains canyons et monts sous-marins. Il est à craindre que ces changements ne bouleversent le fonctionnement de ces écosystèmes marins.

Les projections indiquent une diminution de la biomasse pour la plupart des régions. Les réductions affecteront une fraction supérieure à 80% des habitats clefs, tels que les récifs de coraux profonds, les monts marins et les canyons. L'analyse suggère également une diminution de la taille des organismes, ce qui pourrait avoir des conséquences sur la pêche profonde et contribuera à accentuer les effets d'une réduction des apports en nourriture.

 
 

Pour en savoir plus :

Le communiqué de presse sur le site du CEA

L'article scientifique en ligne sur Global Change Biology.