b1
   ENGLISH
 Contacts  
 Accès
 

> Accueil > La recherche > Dossiers thématiques > Visite guidée de Doseo

Visite guidée de Doseo

12/02/2016

À la pointe sud du centre CEA de Saclay, situé dans la zone ouverte au public entre Neurospin et le terrain de golf de Saint Aubin, un nouveau bâtiment rayé rose et bleu attire l’œil depuis la route départementale 306. Baptisé Doseo, il abrite une plateforme unique en Europe de technologies pour la radiothérapie et l’imagerie.

Entrez avec nous ...

 
 

Doseo est à la fois une plateforme qui regroupe des activités de formation, de recherche et développement, de métrologie, et un soutien pour les industriels qui y trouvent l’expertise et les équipements dont ils ont besoin pour leurs développements.

Autour d’un parc d’équipements de pointe (scanner, accélérateurs, cluster de calcul) travaillent ensemble des ingénieurs-chercheurs, des informaticiens, des métrologues, des physiciens médicaux, des spécialistes partenaires de projets collaboratifs, venus en voisin comme ceux du centre de protonthérapie d’Orsay ou de la France entière comme ceux des Centres de lutte contre le cancer.

Les étudiants en fin de cycle universitaire et les professionnels en formation suivent à Doseo des cours théoriques et pratiques, en lien avec l’Institut national des sciences et techniques nucléaires du CEA, installé tout près sur le centre.

 
 
 
 
En allant de Gif-sur-Yvette vers Saclay, vous découvrirez Doseo sur votre gauche, juste avant le centre d’imagerie médicale NeuroSpin.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
On y accède par une passerelle qui révèle un bâtiment étonnant, où le sous-sol parait avoir plus d'importance que le rez-de-chaussé et l'étage...
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Commençons donc notre visite par le rez-de-chaussée : Voici l'entrée
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Nous rencontrons d'abord des étudiants qui partagent un café dans le hall avant de rentrer en cours.

Ils préparent un diplôme de qualification en physique radiologique et médicale. Bientôt, ils étalonneront et régleront les scanners ou les machines de radiothérapie, et seront alors les garants des doses délivrées aux patients. Ce sont eux aussi qui établiront les plans personnalisés de traitement de radiothérapie.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les voici en salle de cours. Leur année de formation est organisée par l’Institut des sciences et techniques nucléaires, en lien avec l’Institut Gustave Roussy et la Société française de physique médicale. Ils partiront bientôt en stage à l’hôpital.
 
 

Au sous-sol de Doseo, on rencontre des fantômes comme celui-ci.

Ces fantôme sont bien réels. Il s'agit de maquettes de troncs humains, démontables par tranches et truffées de détecteurs.

 
 

Voici le scanner de Doseo, un fantôme y a été mis en place pour un test. Grâce à ces fantômes équipés de capteurs, on mesure la dose de rayonnement reçue par chaque partie du corps humain lors d'un examen ou d'une irradiation thérapeutique. Ces tests permettent de valider des calculs de dose reçue ou des protocoles d'irradiation.

Au premier plan, une partie du fantôme démontée permet d’apercevoir les capteurs.

 
 
Voici un des deux accélérateurs de radiothérapie de Doseo. Sur celui-ci, on a positionné un fantôme destiné à valider un logiciel de calcul de dose au cours d’une séance d’irradiation par des rayons X pénétrants sur une « tumeur » profonde dans le sein.
 
 
Dans une pièce voisine, Benjamin Rapp, Marc Donois et Maïwenn Le Roy pilotent le second accélérateur de Doseo. Il s'agit d'un accélérateur destiné aux métrologues qui y réalisent des prestations d’étalonnage et développent de nouvelles références dosimétriques.
 
 
 
 

Voici le second accélérateur. Il permet d’ étalonner les détecteurs utilisés en milieu clinique et de développer les nouvelles références métrologiques. Avec la personnalisation des radiothérapies, le renforcement des calculs et des contrôles de dosimétrie est un impératif.

Au premier plan, un dispositif équipé de dosimètres destiné à l’étalonnage de l’irradiation.
.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Deux métrologues, Maïwenn Le Roy et Line Sommier, vérifient un autre type dosimètre dans sa cuve remplie d'eau, avant de lancer une irradiation pour étalonnage.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Dernière visite au sous-sol : Morgane Bruhammer, ingénieur de recherche de la société Cibio médical, analyse des échantillons de poudres irradiés par accélérateur. Cibio développe à Doseo une méthode de contrôle-qualité.
 
 
Terminons la visite par les bureaux du premier étage. Nous découvrons Mathieu Agelou, docteur en physique des particules devenu expert en modélisation et simulation de systèmes.
Il développe un logiciel, en lien avec l’industriel RadiationTherapy Consulting, qui aidera les physiciens médicaux des hôpitaux à optimiser les contrôles-qualité.
 
 
 
Crédit photo: Philippe Brun - Laurence Godart - Élisabeth de Lavergne