http://www-centre-saclay.cea.fr/fr/layout/set/print/De-la-recherche-fondementale-au-velo

De la recherche fondementale au vélo.

30/06/2016

La triche dans le vélo ? Intolérable ! Surtout dans les compétitions phares à la visibilité mondiale, telle que le Tour de France. Dès l'édition 2016, un détecteur de "triche mécanique", mis au point dans les laboratoires de l'Iramis au CEA-Saclay, va scanner les cycles des coureurs.

Si les progrès technologiques permettent aujourd'hui de camoufler batteries et moteur d'appoint dans un cadre ou un moyeu de vélo, les technologies développées par le CEA permettent aussi de les détecter aisément et de façon imparable. La première solution retenue et opérationnelle dès le Tour 2016, est celle d'une caméra thermique de très haute sensibilité, capable de révéler, via les différences locales de propriétés thermiques, les plus petites variations dans les matériaux constituants le vélo.
© Image FrancetvSport

Une seconde solution, qui a fait la preuve de sa faisabilité, utiliserait les capteurs magnétiques ultra performants développés à l'Iramis au CEA-Saclay. Ces capteurs d'une sensibilité extrême, produit des derniers développements des nanotechnologies, peuvent détecter l'usage de tout moteur électrique, sans qu'aucun blindage puisse dissimuler la fraude.

 
 

Voir l'article du Monde, de l'Express ou le reportage France Info...